Balade au pays des Houyeux

Eglise Notre Dame - Cheratte Bas - photo MCC

Mine de Cheratte

Cheratte Bas

Parcours

Découverte en vidéo  (ADL Visé)

1. Je démarre ma balade de la place, dos à l'église Notre dame de l'Assomption, construite en 1837 dans un style néo-classique. Chaque année un pélérinage à St Hubert y a lieu.

2.  Je me dirige vers la droite dans la rue Joseph Lhoest, je passe sous le chemin de fer. A la sortie du tunnel, je pénètre dans la cité-jardin et emprunte la rue des Houyeux jusqu'à la place Ataturk. Au début de la place, je prends la piste piétonne à droite et rejoins la darse.

3. Au bout de la darse, je rejoins à gauche, la rue des Vanniers, je tourne à droite et me dirige vers la rue du Port, puis allée des Robiniers et je reviens à gauche rue du Curé .

💔 La Cité-jardin s'étend à l'arrière du château Saroléa, entre le chemin de fer et la Meuse. Elle fut construite à partir de 1923, achevée en 1927 et restaurée en 1970. Elle comptait deux-cents maisons unifamiliales de style cottage, avec le confort moderne (eau courante, électricité, égouts, un jardin potager et un d'agrément) et une hôtellerie de 128 chambres pour les célibataires.

 

la cité-jardin du charbonnage - photo MCC

Cité jardin Cheratte Bas - photo MCC

La darse - photo MCC

La cantine - photo MCC

Le chemin de fer

4. Je passe devant la jolie maison qui était la maison du garde barrière et je continue rue Cesario jusqu'au château Saroléa.

La ligne de chemin de fer entre Liège et Visé – Maastricht, passant à Cheratte-bas, a été inaugurée en 1861. La construction de cette ligne a eu certains effets sur la vie du village, puisqu’elle le coupe en deux, dans le sens de la longueur. 

 Le château est une construction de style mosan du XVIIe siècle en face de la première église de Cheratte qui se trouvait au-dessus de l’escalier du cimetière actuel. Il a été acheté en 1913 par le charbonnage et transformé en partie en hôpital pour son personnel et en logement de prestige pour son directeur.

maison du garde barrière - photo MCC

Des bras contre du charbon

Le site de Cheratte compte quelques exploitations d’anthracite entre 1511 et 1811.

En 1900, la Belgique est le quatrième producteur de charbon au monde. Les mines belges comptent de nombreux travailleurs étrangers : turcs, portugais, polonais, grecs, maghrébins, etc.

Après la seconde guerre mondiale l’économie italienne s’effondre, de nombreux jeunes sont au chômage et sont envoyés dans les mines belges en échange de combustible pour leur pays.

Le 23 juin 1946, les premiers accords entre la Belgique et l’Italie sont négociés: 1 homme contre 1200 kg de charbon par semaine pendant 1 an. Beaucoup d'entre eux ne reverront jamais leur terre natale.

Vie de mineur : à Cheratte, au contraire de la majorité des exploitations de charbon, les mineurs se lavaient dans des cabines individuelles bordant des salles chaudes garnies de casiers pour les vêtements de ville, un véritable luxe.

En 1973, le charbonnage de Cheratte produit 1 000 tonnes par jour. Depuis 1960, le prix de revient est supérieur au prix de vente du marché.

Le charbonnage ferme le 31 octobre 1977, il employait alors 600 mineurs. La tour néo-médiévale du puits n°1 est classée depuis les années 80.

Vers la Belle-fleur

5. Au château, je prends à gauche sur la rue de Visé sur quelques mètres et je prends à droite rue sur les Sarts. J'entame la montée assez raide et à plusieurs paliers vers la Heyée. Au sommet, je vois la Belle Fleur à gauche.

 Cette construction en béton armé, typique des années 1920, servait de bouche de ventilation aux installations situées en contrebas. Elle faisait aussi office d’entrée supérieure et permettait d’accéder aux puits creusés dans la colline, le plus souvent afin d’y descendre du matériel.

6. Je poursuis droit devant la rue Heyée (chemin herbeux- et rejoins rue de Hoignée. Je l'emprunte à droite jusqu’au rond-point où je retrouve les personnages de la bande dessinée : « Li Vî bleu » de François Waltéry. 

❤  Des personnages plus grands que nature, trônent au rond-point de Cheratte.  Un monument qui représente trois personnages de la saga de François Walthéry: Jules, son pigeon li vî Bleu et le gamin P'tit Bout de Chique.

La Belle fleur - photo MCC

Lî Vî Bleu - photo MCC

Promenade Mittéi

7. Je m’engage dans la rue Sabaré sur 150m et je prends la 1ère à droite, Thier Herkay. Je poursuis sur 500m. Je tourne à gauche dans la rue du Vert Bois continue tout droit sur un chemin. Au croisement en Y, je prends la branche de gauche, je poursuis le long de la Julienne et prends le deuxième chemin à droite. Je remonte par un escalier jusqu'à la rue Sabarré. 

La promenade Mittéï est jalonnée de reproductions d’oeuvres du célèbre dessinateur qui sont replacées dans le décor réel. Le petit chemin qui descend dans le bois, à partir du n°250 de la rue Sabaré, près de la maison natale de Mittéï, est baptisé «Promenade Mittéï». Le dessinateur (qui était aussi peintre et musicien) l’empruntait régulièrement pour aller se promener dans la vallée de la Julienne.

Une boucle de 4,5km traverse Cheratte-Hauteurs et Cheratte-Bas: balisage bleu au départ du rond-point du Vî Bleu.

Une boucle de 4 km, parcourt la vallée de la Julienne. Chaque panneau nous permet également d’en apprendre un peu plus sur la vie et l’oeuvre de l’artiste.

🙂 Pour les courageux, qui souhaitent allonger un peu la balade, vous pouvez mixer avec la boucle de 4 km. Lorsque je rejoins la promenade Mittéï , je pars vers la droite et je suis le balisage vert qui me conduit jusqu'à la Julienne et me ramène  rue Sabaré au  n° 250. Là, je reprends la balade des Houyeux et je reviens vers Cheratte Bas.

 

Retour vers Cheratte Bas

7. Je prends à gauche dans la rue Sabaré, puis directement à droite rue Bossette.

8. Première à gauche , rue Pirette. Au bout de la rue je poursuis sur un chemin et je prends la branche de droite.

9. Je continue et je traverse la rue aux Communes.

10. Je poursuis ruelle de la Source jusqu’à la rue derrière les Jardins. Je tourne à gauche . Au bout de la rue,je prends à droite vers la rue gros hochet  Je descends jusqu’à la rue Voie Mélard

11. Je tourne à droite et me dirige vers la rue derrière les maisons qui me ramène  à l’église de Cheratte Bas